Informations

Les 7 astuces pour être bien dans sa tête

  • S'accepter
    • Avoir une connaissance réaliste de ses forces, de ses capacités, de ses difficultés et les accepter ;
    • Reconnaitre ses forces, ses capacités et ses difficultés et l’acceptation de celles-ci par l’entourage ;
    • Avoir un regard positif envers soi et sa vie passée ;
    • Être confortable avec qui l’on est ;
    • Se connaitre et s’accepter ;
    • Croire en sa dignité personnelle ;
    • Croire que nous disposons des ressources nécessaires pour affronter une situation ;
    • Avoir de l’écoute, apporter un soutien, exprimer de la compassion ;
    • Avoir l’impression que nous disposons d’un savoir-faire et que celui-ci se développe ;
    • Se sentir capable d’effectuer des tâches de différents niveaux de difficulté ; avoir les ressources nécessaires pour développer ses habiletés et ses compétences ;
    • Vivre avec autrui en demeurant en lien avec soi-même ;
    • Avoir le courage de reconnaître ses souffrances et ses vulnérabilités ;
    • Accepter ses échecs et en tirer profit.

    Une bonne estime de soi nous aide à reconnaître nos besoins et à les exprimer ; elle nous donne le pouvoir de dire non ; elle nous aide à utiliser notre créativité, à établir des relations interpersonnelles positives, à traiter les autres avec respect.

  • Agir
    • Tirer profit des expériences pour apprendre et agir autrement ;
    • Avoir des buts dans la vie, poser des gestes pour les atteindre, avoir le sentiment qu’une orientation guide notre vie ;
    • Avoir des objectifs encourageants et travailler à leur réalisation ;
    • Avoir des buts individuels et collectifs ;
    • Avoir un sentiment d’appartenance pour une réalité plus grande que soi ;
    • Donner un sens à sa vie et aux événements ;
    • Se sentir libre ;
    • Examiner son passé et son présent pour comprendre ses points forts et ses points faibles, résoudre les problèmes, faire face aux difficultés, élargir ses perspectives d’avenir ;
    • Être reconnaissant(e) de ce qu’on vit, être reconnaissant, reconnaître les bonnes choses qui se produisent dans sa vie ;
    • Contribuer à la vie sociale ;
    • Donner ;
    • Être bienveillant(e) ;
    • Relever des défis, se dépasser.

    Agir, c’est donner du sens à sa vie.

  • Ressentir
    • Ressentir les émotions et aux sentiments qui nous habitent (peine, souffrance, joie, colère, tendresse, envie, etc.), leur donner une place, leur permettre de s’exprimer ;
    • Aller vers des émotions qu’on aime lorsqu’on le peut.

    Ressentir, c’est reconnaître ses émotions, les comprendre, se les approprier, les assumer.
    C’est se connaitre, s’assumer, travailler sur soi, se développer comme individu.

  • Choisir
    • Se sentir à l’origine de ses actions ;
    • Pouvoir s’évaluer selon ses règles personnelles ;
    • Avoir la capacité de faire des choix ;
    • Reconnaître ses capacités et compétences, son « panier de capacités », qui aide à réaliser ce que l’on souhaite ;
    • Choisir d’aller chercher du soutien affectif (pouvoir se confier, être comprisE, recevoir des conseils, etc.), concret (pouvoir compter sur quelqu’unE en cas de besoin), de coopérer et de s’entraider ;
    • Choisir ses valeurs, se sentir libre à l’intérieur ;
    • Maîtriser son environnement, utiliser efficacement les opportunités environnantes;
    • être capable de créer des contextes qui conviennent à ses besoins et ses valeurs personnels ;
    • Faire partie de la solution.

    Choisir, c’est l’autonomie.

  • Découvrir
    • Montrer une ouverture à découvrir de nouvelles idées, de nouvelles perspectives, à envisager les choses autrement pour s’aider à trouver des solutions et à surmonter les obstacles ;
    • Créer dans son quotidien, faire les choses à sa manière ;
    • Démontrer de l’ouverture à soi, aux autres, aux événements ;
    • Voir les choses sous divers angles ;
    • Avoir la liberté dans sa tête ;
    • Être ouvert à ce que la vie nous amène, à changer ce qu’on peut changer, à accepter ce qu’on ne peut changer ;
    • Avoir le sentiment de faire partie d’un développement continu ;
    • Être ouvertE à de nouvelles expériences ;
    • Avoir le sentiment de réaliser son potentiel, de s’améliorer, ce qui permet une meilleure connaissance de soi et la conscience de sa solidité.

    Découvrir, c’est s’ouvrir à la vie.

  • Créer des liens
    • Avoir des relations chaleureuses, satisfaisantes et bienveillantes ;
    • Se soucier du bien-être d’autres personnes ;
    • Être capable d’empathie, d’affection et d’intimité ;
    • Prendre et donner ;
    • Cultiver ses relations ;
    • Avoir une appartenance sociale, se sentir connecté et supporté par d’autres personnes
    • Vivre avec autrui en restant en lien avec soi-même ;
    • Croire en sa dignité personnelle et en celle des autres ;
    • L’acceptation sociale.

    Créer des liens, c’est établir des relations satisfaisantes et bienveillantes.

  • Se ressourcer
    • Établir ses priorités ;
    • Maintenir un équilibre entre les divers volets de sa vie : social, physique, mental, économique, spirituel ;
    • Avoir un rythme de vie qui nous convient : il favorise le plaisir, les activités diversifiées, des temps de pause ; il recherche un équilibre qui réponde à nos différents besoins ;
    • Prendre des risques calculés ;
    • Développer sa capacité de relever des défis ;
    • Prendre des pauses pour s’éloigner du stress ;
    • Rechercher ce qui nous fait du bien : rire, manger, bouger, faire l’amour, se donner un répit, vivre le moment présent… ;
    • Cibler des choses qu’on aime et trouver du temps pour s’y consacrer ;
    • Dormir suffisamment ;
    • Faire place à l’humour ;
    • Faire de l’activité physique et plus généralement prendre soin de son corps ;
    • Établir un budget adapté à sa réalité.

    Se ressourcer, c’est faire de la place à ce qui nous fait du bien.


Statistiques sur la santé mentale

  • Un Canadien sur cinq sera aux prises avec une maladie mentale au cours de sa vie.
  • Environ 20 % des personnes atteintes d'un trouble mental présentent un problème concomitant de toxicomanie.
  • 70 % des problèmes de santé mentale se déclarent durant l'enfance ou l'adolescence.
  • Les taux de toxicomanie sont plus élevés chez les hommes que chez les femmes, mais les taux de troubles de l'humeur et d'anxiété sont supérieurs chez les femmes.
  • Plus de 75 % des suicides sont commis par les hommes, mais les femmes font trois ou quatre fois plus de tentatives de suicide que les hommes.
  • Presque la moitié (49 %) des personnes qui estiment avoir souffert de dépression ou d'anxiété n'ont jamais consulté un médecin au sujet de leur problème.
  • Seulement 50 % des Canadiens diraient à des amis ou à des collègues qu'un membre de leur famille est atteint d'une maladie mentale, alors que 72 % parleraient d'un diagnostic de cancer et que 68 % confieraient qu'un membre de leur famille souffre de diabète.
  • Près de la moitié des Canadiens (46 %) pensent que les gens utilisent l'expression maladie mentale pour excuser un mauvais comportement.
  • Bien que la plupart des gens (58 %) affirment qu'ils auraient des relations sociales avec un ami atteint d'une maladie mentale, la proportion de ceux qui indiquent qu'ils fréquenteraient un ami alcoolique (32 %) ou toxicomane (26 %) est beaucoup plus basse, ce qui donne à penser que la stigmatisation causée par la dépendance est sensiblement plus grande que celle qui découle de la maladie mentale.
  • Le fardeau économique de la maladie mentale au Canada est estimé à 51 milliards de dollars par année. Cette somme inclut les coûts des soins médicaux, la perte de productivité, et la réduction de la qualité de vie liée à la santé.

Définitions sur la santé mentale

Agence de la santé publique du Canada

  • La santé mentale désigne la capacité de chaque personne de ressentir les choses, de réfléchir et d’agir de manière à mieux jouir de la vie, à mieux faire face aux défis.

Santé Canada

  • La santé mentale est partie intégrale de l’état de santé général de l’individu et est essentielle à sa survie, puisqu’elle détermine le comportement, la perception, la façon de penser, de communiquer et de comprendre.

Mouvement Santé mentale Québec

  • La santé mentale est une composante essentielle de la santé. C’est un équilibre dynamique entre les différentes sphères de la vie : sociale, physique, spirituelle, économique, émotionnelle et mentale. Elle nous permet d’agir, de réaliser notre potentiel, de faire face aux difficultés normales de la vie et d’apporter une contribution à la communauté. Elle est influencée par les conditions de vie, les valeurs collectives dominantes ainsi que les valeurs propres à chaque personne.
    Il est important de spécifier que la santé mentale est plus que l’absence de maladie. En ce sens, une personne peut vivre avec une maladie mentale et avoir un bien-être mental qui pourrait se refléter à travers des relations satisfaisantes ou un emploi épanouissant !

  • La promotion de la santé mentale renvoie au processus consistant à accroître la capacité des individus et des collectivités de se prendre en main et d’améliorer leur santé mentale. Elle a pour objet d’accroître les forces, les ressources, les connaissances et les atouts en matière de santé.
    Il s’agit d’une approche qui considère chaque personne dans sa globalité, peu importe son état de santé mentale ou physique.
    L’efficacité de la promotion en santé mentale nécessite l’implication individuelle, collective et politique.

  • La prévention en santé mentale vise à réduire, voire éliminer, sinon composer avec la présence de certains facteurs ou conditions de vie qui fragilisent la santé mentale des individus, qui leur causent souffrance et troubles divers.

Besoin de dépliants en lien avec la santé mentale? Téléchargez notre bon de commande

Consultez notre rapport annuel pour connaître nos activités en détails. 

Consultez notre bottin de ressources externes pour découvrir d'autres services qui peuvent vous aider.